La maladie de l’arthrose est-elle une maladie liée à l’âge ?

Les chiffres montrent que l’arthrose affecte la partie la plus âgée de la population. En France, 65 % des plus de 65 ans et 80 % des plus de 80 ans sont concernés par l’arthrose. L’âge constitue bien le premier facteur de risque de cette pathologie conduisant à la destruction totale des cartilages et à une perte de mobilité. Côté traitement, de nouveaux procédés thérapeutiques sont en cours de développement. Parallèlement, certaines méthodes naturelles comme l’acupression participent à lutter contre l’inflammation.

Le vieillissement des articulations : seul facteur de l’arthrose ?

Comme le montrent les chiffres, l’âge apparaît comme la principale cause d’arthrose, car il entraîne une usure naturelle des cartilages. Toutefois, d’autres facteurs favorisent le déclenchement de cette maladie :

  • L’hérédité : les prédispositions familiales jouent un rôle dans l’apparition de l’arthrose
  • Une fragilité naturelle du cartilage découlant de traumatismes antérieurs (séquelles d’anciennes fractures, d’entorses mal prises en charge…)
  • Des perturbations métaboliques comme l’obésité ou le diabète
  • Une sollicitation excessive des articulations due à l’activité professionnelle ou sportive provoquant des excès de pression sur les articulations

L’arthrose est une maladie articulaire provoquée par le vieillissement des articulations. Au fur et à mesure qu’on avance en âge, la structure de celles-ci subit les effets du temps. Plus précisément, le cartilage entourant et protégeant les extrémités osseuses des articulations s’amincit avant de se fissurer et de disparaître totalement. Ce phénomène progressif de destruction du cartilage provoque inévitablement de vives douleurs au niveau de la jonction des os. Il arrive que des fragments de cartilage se détachent vers la cavité articulaire, ces débris de cartilage enflamment alors les chondrocytes. Autre forme d’altération de l’articulation observée : l’extrémité de l’os s’épaissit et forme ce qu’on appelle un ostéophyte, aussi appelée « bec de perroquet ».

Comment progresse la maladie ? L’arthrose figure parmi les maladies dites dégénératives. L’apparition des lésions ne peut pas régresser. En revanche, l’évolution de la maladie demeure difficile à prédire, la destruction du cartilage pouvant rester stable ou s’accélérer. L’arthrose se caractérise en général par l’alternance de phases où les symptômes restent modérés et des épisodes d’inflammation aiguë et douloureuse.

Les examens radiologiques permettent d’observer et constater l’évolution de la maladie. Ils doivent être réalisés tous les ans ou tous les deux ans.

L’arthrose : à quel âge en souffre-t-on ?

À quel âge commence l’arthrose ? Selon les données de l’Inserm, souffrir d’arthrose à moins de 45 ans reste relativement rare. En effet, sur les 10 millions de Français touchés par cette maladie, seuls 3 % d’entre eux sont âgés de moins de 45 ans. En revanche, 65 % des plus de 65 ans sont concernés et cette proportion passe à 80 % pour les plus de 80 ans. Néanmoins, l’arthrose ne correspond pas à un mécanisme inéluctable du vieillissement, il s’agit d’une maladie à part entière. Les sportifs de haut niveau ou les personnes souffrant d’obésité peuvent être affectés par cette maladie avant la quarantaine.

Les symptômes devant alerter sur l’apparition de cette pathologie :

  • Des douleurs ou des raideurs aux articulations
  • Gonflements, grosseurs et craquements au niveau des articulations

Les différents types d’arthrose

Maladie rhumatismale dégénérative, l’arthrose peut toucher l’ensemble des articulations du corps humain. Hanche, genou, doigts, épaule, nuque : aucune partie du corps comprenant des articulations n’est épargnée. L’arthrose lombaire et dorsale, l’arthrose des doigts et l’arthrose cervicale figurent parmi les arthroses les plus fréquentes. L’arthrose de la colonne vertébrale est la plus couramment diagnostiquée chez les personnes âgées de 65 à 75 ans. La douleur provoquée par ce type d’arthrose peut se révéler chronique et invalidante. Néanmoins, celle-ci reste bien souvent asymptomatique. L’arthrose affectant les mains peut occasionner des déformations des doigts irréversibles. Conséquence pour les malades : des difficultés de préhension et dans l’exécution de gestes quotidiens.

Plus rare que l’arthrose du genou ou de la hanche, l’arthrose de l’épaule peut entraîner une douleur aussi vive que soudaine. Les changements de température ou encore les mouvements brusques peuvent aggraver l’inconfort ressenti par le patient. Les sports induisant des mouvements répétitifs et puissants de l’épaule comme le tennis augmentent le risque de développer une arthrose de l’épaule.

L’arthrose cervicale ou cervicarthrose est diagnostiquée lorsqu’une altération du cartilage des vertèbres cervicales est constatée. Conséquence : des douleurs cervicales pouvant se révéler invalidantes au quotidien, provoquant une perte de mobilité du cou et des douleurs brachiales.

L’arthrose du genou (gonarthrose) et de la hanche se manifeste par une destruction progressive du cartilage protégeant les jonctions osseuses des genoux et des hanches. Dans les cas d’évolution rapide de la maladie et d’une perte de mobilité importante, la pose de prothèse peut être envisagée.


Des méthodes naturelles pour soulager les effets inflammatoires

Il n’existe pas de traitement médical pour guérir l’arthrose. En revanche, il est possible d’adopter des mesures hygienico-diététiques pour ralentir l’évolution de la maladie. En cas d’arthrose du genou, la pratique de sports sollicitant fortement les genoux est déconseillée, tout comme les escaliers. En revanche, la pratique d’une marche quotidienne peut être recommandée. Le protocole de soin est à adapter en fonction de la gravité de la pathologie et de l’avancement de la maladie. Dans les cas les plus graves d’arthrose, une arthrodèse peut être envisagée par le corps médical. Cette intervention chirurgicale bloque de manière définitive l’articulation la rendant ainsi stable et indolore.

Parallèlement au traitement médical préconisé par les médecins, des méthodes naturelles permettent d’apaiser les effets douloureux des poussées inflammatoires. Technique issue de la médecine chinoise, l’acupression consiste à appliquer des points de pression à des endroits stratégiques des méridiens d’énergie. Résultat : une énergie rééquilibrée, un système immunitaire renforcé et un mieux-être immédiat. L’utilisation d’un tapis d’acupression comme le Champ de Fleurs permet de profiter des bienfaits de cette technique chez soi, à son rythme. S’allonger quelques minutes chaque jour sur les picots qui le tapissent entraîne une sécrétion et une libération d’endorphines par le cerveau. Cette hormone naturelle apaise les sensations douloureuses. C’est une réaction physiologique. Ce procédé simple fonctionne quelle que soit la zone du corps concernée par l’arthrose. Le Nubax est un autre appareil pouvant réduire les douleurs liées à l’arthrose dorsale et lombaire.

Sources :

Arthrose [Inserm]
https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/arthrose

le traitement de l’arthrose du genou [Ameli.fr]
https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/arthrose-genou/traitement-medical-chirurgical

Garantie 30 jours satisfait ou remboursé
Service client basé au Luxembourg
450 000 français utilisent nos solutions
Paiement sécurisé en 3 fois sans frais dès 79€ d'achats
Paiements Sécurisés Paiements 100% sécurisés SSL