Soin du Lumbago

Les types de lombalgie

 

Très fréquente, la lombalgie est une douleur dans le bas du dos. Les données actuelles estiment qu’environ 90 % des adultes seront aux prises avec au moins un épisode de lombalgie au courant de leur vie. Il existe quelques types de lombalgie, classés selon la durée des symptômes. Le traitement durant chaque phase doit être adapté afin d’éviter la progression des symptômes. Toutefois, une lombalgie chronique ne débute pas nécessairement par un état aigu.

La lombalgie aiguë

37 Les types de lombalgieLa lombalgie aiguë dure quelques jours, allant parfois jusqu’à quelques semaines; toutefois, sa durée maximale ne dépasse pas 4 à 6 semaines. La lombalgie aiguë disparait généralement d’elle-même avec un traitement médicamenteux visant à soulager la douleur et l’inflammation. La cause la plus fréquente de lombalgie aiguë est le lumbago, communément appelé « tour de reins » dans le langage populaire. Le lumbago survient à la suite d’un effort comme soulever un objet lourd, d’un faux mouvement ou encore d’une activité anodine comme lacer ses chaussures. La douleur est fulgurante, perçante et subite.

Un traumatisme peut également occasionner une lombalgie aiguë. Par exemple, un accident de voiture peut causer la fracture des vertèbres; ces fractures peuvent aussi survenir de façon spontanée, particulièrement chez les personnes souffrant d’ostéoporose. La douleur survient de façon subite et sévère, mais diminue rapidement en intensité durant les jours ou les semaines qui suivent. Avec une prise en charge adéquate, les traumatismes et les fractures se réparent, mais ils peuvent causer une douleur résiduelle. Une infection, par exemple l’infection d’un disque intervertébral ou une infection urinaire, peuvent entraîner des douleurs lombaires aiguës qui disparaissent lorsque l’infection est traitée.

La douleur aiguë est généralement d’origine inflammatoire, c’est-à-dire causée par l’inflammation des muscles et des tissus suite à une lésion. Elle peut aussi être mécanique, causée par une contraction des muscles du dos lors d’un tour de reins.

La lombalgie subaiguë

Lorsque la douleur persiste au-delà de quelques semaines, on parle alors de douleur subaiguë. Il peut s’agir d’une douleur résiduelle suite à un traumatisme, ou encore d’un lumbago n’ayant pas reçu un traitement adéquat. En effet, s’aliter ou éviter l’exercice après un tour de reins réduit les capacités fonctionnelles. Les muscles s’ankylosent et il devient plus difficile d’effectuer ses activités quotidiennes. Ce type de lombalgie est plus difficile à traiter que la forme aiguë car il s’agit d’un début d’évolution vers la chronicité. En l’absence de prise en charge adéquate, le risque de développer une douleur chronique est élevé.

La lombalgie récurrente ou récidivante

Ce type de lombalgie survient lorsque les épisodes de lombalgie aiguë s’enchaînent. Les épisodes peuvent survenir de façon régulière ou sporadique, mais la caractéristique principale de ce type de lombalgie est l’absence de douleur chronique entre les épisodes. Une lombalgie chronique peut combiner un fond douloureux à des épisodes inflammatoires ou des périodes de douleur plus intense. Toutefois, lors d’une lombalgie récidivante, la douleur disparaît entre les crises. Certaines personnes ayant un profil génétique qui les prédispose au lumbago, et qui ont un surplus de poids ou qui occupent un emploi les forçant à soulever des objets lourds sont particulièrement à risques de souffrir de lombalgie aiguë récidivante. Il est important de viser à prévenir les récidives puisqu’elles augmentent le risque de souffrir de lombalgie chronique.

La lombalgie chronique

Lorsque la durée de la douleur excède 3 mois, on parle de lombalgie chronique. Elle peut être le résultat d’une lombalgie aiguë ayant dégénéré, ou elle peut apparaître de façon graduelle. Les maladies dégénératives comme l’arthrose peuvent causer une lombalgie chronique qui s’installe sur plusieurs mois. Puisque l’arthrose est irréversible, la douleur ne disparaît pas d’elle-même. Certaines maladies comme la fibromyalgie ou un cancer peuvent également causer une douleur chronique et difficile à soulager. Des facteurs psychologiques tels que la dépression et le stress sont reconnus comme jouant un rôle important dans l’apparition de douleurs chroniques; ces facteurs psychologiques peuvent également aggraver certaines douleurs existantes.

La douleur lombaire chronique peut être le résultat d’un traumatisme ou d’un glissement des vertèbres ayant altéré la structure des os et des muscles, ce qui entraîne un besoin de compenser en modifiant sa posture. De plus, un traumatisme important laisse souvent des séquelles sous forme de douleur résiduelles qui persistent pendant plusieurs années. Dans de nombreux cas, la cause d’une lombalgie chronique est impossible à identifier; celle-ci s’installe sur une certaine période de temps et aucun facteur biologique ou anomalie structurale ne permet de l’expliquer. Il s’agit du syndrome douloureux lombaire idiopathique.

fc
gc

Comments Off on Les types de lombalgie

Les Maux de Dos .com est une enseigne de Bioloka SARL © Tous droits réservés