Soin du Lumbago

Le traitement de la lombalgie

 

La lombalgie est l’un des motifs de consultation médicale les plus fréquents, juste derrière les affections respiratoires. En effet, une douleur dans le bas du dos peut avoir d’importantes répercussions sur les activités des personnes atteintes. Les causes de lombalgie sont multiples, et le traitement dépend de l’origine de la douleur. L’une des causes les plus fréquentes de lombalgie est le fameux « tour de reins » qui survient lorsque l’on soulève un objet lourd avec le dos plié, mais une infection urinaire, de l’arthrose ou un traumatisme peuvent également provoquer des douleurs dans la région lombaire.

Traitement en phase aiguë

35 Le traitement de la lombalgieUne douleur présente depuis moins de 4 à 6 semaines est considérée comme aiguë. Durant cette phase, le but du traitement est de soulager la douleur et prévenir les complications. Lorsque la douleur apparaît subitement, il s’agit généralement d’une déchirure, d’une entorse ou d’une foulure des structures musculaires ou osseuses. Ces blessures entraînent souvent de l’inflammation au niveau du traumatisme; pour cette raison, des anti-inflammatoires sont souvent prescrits en cas de lombalgie aiguë. Des analgésiques légers (acétaminophène) ou plus puissants (opiacés) peuvent accompagner le traitement anti-inflammatoire selon l’intensité de la douleur. Dans quelques cas, un relaxant musculaire peut contribuer à relaxer les muscles contractés, par exemple lors d’un tour de reins.

En phase aiguë, plusieurs personnes sont tentées de s’aliter, que ce soit par crainte d’empirer leur état ou pour réduire la souffrance ressentie lors des mouvements. Toutefois, les spécialistes conseillent d’éviter le « repos total ». En effet, s’aliter a comme conséquence directe un affaiblissement des muscles, ce qui retarde la guérison et favorise le développement d’une condition chronique. Il est donc préférable de maintenir un certain niveau d’activité afin de prévenir les complications. Des exercices légers, la physiothérapie et les manipulations chiropratiques peuvent soulager la douleur et aider la personne atteinte à conserver ses capacités fonctionnelles. Dans certains cas, un traitement de chaleur ou de froid, ou encore une combinaison des deux, peut temporairement réduire la douleur et la raideur. Toutefois, il est important de suivre les recommandations d’un professionnel de la santé avant de traiter avec de la chaleur ou du froid afin de réduire le risque d’aggraver la blessure.

Traitement en phase chronique

Lorsque la douleur dure depuis plus d’un mois, on la qualifie de subaiguë. Au-delà de trois mois, elle est considérée chronique. La lombalgie chronique est parfois invalidante et requiert un traitement multidisciplinaire. Afin d’éviter la perte de capacités fonctionnelles, les exercices de physiothérapie ou de kinésithérapie sont souvent au cœur du traitement des troubles musculo-squelettiques chroniques. Ce traitement naturel est fréquemment associé à de la médication, car la présence de douleur limite l’amplitude de mouvement et peut décourager la pratique de ces exercices. Lorsque la douleur résiste aux analgésiques légers, une infiltration peut s’avérer un bon choix afin de soulager celle-ci à moyen terme. Les opiacés sont déconseillés à long terme car leur profil d’effets secondaires est potentiellement dangereux.

Une perte de poids de quelques kilos diminue la pression imposée à la colonne vertébrale, particulièrement dans la région lombaire. Les personnes souffrant de douleurs lombaires sont donc encouragées à manger sainement et faire de l’activité physique selon leurs capacités. Lorsqu’une mauvaise posture est en cause, l’adoption de meilleures habitudes posturales peut également favoriser la diminution de la douleur lombaire. Par exemple, acheter un fauteuil ou une chaise de bureau confortable, prendre des pauses fréquentes lors des longs voyages en voiture et s’assoir le dos droit sont de bonnes manières de diminuer la pression imposée à la colonne vertébrale.

Lorsque la lombalgie affecte la vie sociale ou professionnelle de la personne atteinte, il est essentiel d’y remédier afin de prévenir la dépression et l’isolement. La visite d’un ergothérapeute en milieu de travail peut permettre d’établir des compromis afin de conserver son emploi. Il est effectivement nuisible de prolonger inutilement un arrêt de travail relié à une blessure musculo-squelettique. Si la dépression est déjà installée, des antidépresseurs et une psychothérapie sont des moyens efficaces de reprendre confiance en soi et surmonter les défis imposés par la lombalgie chronique. De plus, certains antidépresseurs ont des propriétés antidouleur efficaces.

fc
gc

Comments Off on Le traitement de la lombalgie

Les Maux de Dos .com est une enseigne de Bioloka SARL © Tous droits réservés