Soin de la Discopathie

Le traitement de la discopathie dégénérative

Les traitements conservateurs

7 Le traitement de la discopathie dégénérativeComme l’indique leur nom, les traitements conservateurs visent à conserver les capacités physiques de la personne tout en limitant les mesures invasives. Dans cette catégorie se trouvent l’exercice physique, la médication, les infiltrations et les thérapies par le mouvement. Ces traitements sont privilégiés en premier lieu et sont généralement efficaces. Seule une petite proportion de personnes nécessite une chirurgie. Il est important de comprendre que la discopathie dégénérative ne se guérit pas; elle résulte des dommages causés aux disques intervertébraux par l’âge ou suite à un choc, un traumatisme ou encore le non-port de chaussures adéquates lors de la pratique d’un sport. Les options de traitement sont donc palliatives, c’est-à-dire qu’elles visent à améliorer la qualité de vie et à diminuer la douleur.

L’exercice physique

La sédentarité étant l’une des causes de la discopathie dégénérative, il est évident que l’exercice physique peut contribuer à l’amélioration de la condition chez une personne atteinte. L’exercice physique comporte de nombreux bienfaits; l’amélioration de la circulation sanguine et de l’oxygénation des tissus permet l’irrigation optimale de la région dorsale et des disques intervertébraux. La perte de poids qui accompagne souvent la pratique d’une activité physique régulière peut aussi contribuer à diminuer la charge portée par les disques intervertébraux. Choisir des exercices plus doux tels la natation, le yoga, la marche et le cyclisme tout en s’assurant de porter des chaussures appropriées afin d’éviter d’aggraver la discopathie.

La médication et les infiltrations

Des médicaments par voie orale et injectables peuvent jouer un rôle important dans la gestion de la douleur causée par une discopathie dégénérative. Les antidouleurs tels l’acétaminophène, les relaxants musculaires, les anti-inflammatoires et les opioïdes sont fréquemment utilisés pour soulager les personnes souffrant de douleurs dorsales. Les anti-inflammatoires peuvent être pris par voie orale (comprimés), par voie topique (gel de diclofénac par exemple) ou encore par injection. L’injection de puissantes solutions de corticoïdes directement dans la région douloureuse est connue sous le nom d’infiltration. Bien que généralement efficace à court terme, il ne s’agit pas d’une solution permanente.

Parfois, des ultrasons ou des micro-ondes peuvent être utilisées pour relaxer la région dorsale ou lombaire et améliorer le flux sanguin. Par le même principe, l’application de chaleur peut contribuer à soulager la douleur en améliorant la circulation sanguine et en relaxant les muscles entourant les disques intervertébraux.

Les thérapies par le mouvement

La physiothérapie, l’ostéopathie, la kinésiothérapie, la chiropratique et la massothérapie sont diverses formes de thérapies pouvant contribuer à soulager la douleur de façon naturelle. Les manipulations effectuées par les professionnels permettent d’ajuster les vertèbres, d’assouplir la colonne et les muscles environnants ou de relaxer les tissus. Ces méthodes ne fonctionnent pas nécessairement de la même façon pour tous; il est donc important de tenir compte de ses capacités physiques, de l’origine exacte de la douleur et de ses croyances par rapport aux thérapies alternatives.

Les disques artificiels (arthroplastie)

La pose d’un disque artificiel par chirurgie peut s’avérer nécessaire lorsqu’un disque intervertébral devient trop abîmé. Cette prothèse joue le même rôle que le disque, c’est-à-dire qu’elle permet la mobilité de la colonne tout en maintenant un espace adéquat entre les autres vertèbres. Cette procédure soulage la pression sur les racines nerveuses et rétablit l’alignement de la colonne.

L’arthrodèse rachidienne

Cette procédure consiste à souder deux vertèbres à l’aide de tiges de métal, de vis et de greffons osseux. Ces matériaux forment une structure qui permet la fusion de vertèbres adjacentes afin de réduire la douleur. Toutefois, cette intervention chirurgicale diminue la souplesse de la colonne.

La stabilisation dynamique

Une cale peut être installée entre deux vertèbres afin de les écarter légèrement et réduire la compression d’un nerf. Cette intervention est généralement faite par voie mini-invasive, ce qui indique que les dommages aux tissus sont moindres. Aucune structure n’est enlevée pendant l’opération, permettant d’envisager d’autres options dans le futur si cela devient nécessaire. La cale peut être posée de façon permanente, mais elle peut également être enlevée lors d’une opération subséquente.

 

fc
gc

Comments Off on Le traitement de la discopathie dégénérative

Les Maux de Dos .com est une enseigne de Bioloka SARL © Tous droits réservés